Séville 21 avril 2018 – Deux bons toros de Fuente Ymbro et une oreille pour “El Fandi”

L’avant dernière corrida de la Feria d’Avril à Séville se déroulait sous une pluie intermittente et devant des arènes remplies tout juste au trois-quarts. Les toros de Fuente Ymbro, irréguliers de présence et de comportements, offraient néanmoins aux matadors andalous du cartel l’occasion de mettre en évidence  quelques facettes de leur torería sans triompher… Seul David Fandila « El Fandi » coupait une oreille au sixième et l’intransigeance et sévérité du président empêchait Juan José Padilla de recevoir ce même trophée. Manuel Jesús « El Cid » repartait bredouille.  Sans doute, il fut le moins bien servi du lot pour briller.

Deux toros de Fuente Ymbro pouvaient être crédités d’une bonne note, tels les 1er et 6ème, le 3ème développait casta ou plutôt genio et ne permettait pas de faena. Le 1er par une charge rythmée, sans à-coups, meilleur sur la corne droite, plus réservé sur la gauche n’était pas mis totalement à profit par J.J. Padilla. Le 6ème plus vif, sans fixité d’entrée à la cape mais de bonne course dans les quites et aux banderilles, plus long de charge sur la droite, baissait un quelque peu sur la fin de faena avec l’excuse d’avoir été mis à contribution par « El Fandi » dans les tercios précédents.  Le 2ème, le seul cinqueño du lot, mettait à l’épreuve « El Cid » par l’irrégularité et le « piquant » de ses charges, le 4ème faible et rajado sur la fin et le 5ème , distrait et pas clair dans la muleta de « El Cid »  n’apportaient rien de bon ni pour le ganadero et encore moins pour les matadors. Dans l’ensemble, les suertes de varas ne détonnaient pas de la tendance observée durant cette feria, piques traseras, les deuxièmes « règlementaires » n’étaient jamais appuyées et il n’y eut vraiment pas de combat au cheval.

L’après-midi de David Fandila « El Fandi » était la plus complète, la plus sérieuse. Il recherchait et forçait le succès finalement obtenu au 6ème. Très varié aux banderilles, c’est avec ce toro qu’il déployait ses facultés physiques et son sens du spectacle : il plantait trois paires de rehiletes, une de la moviola, la suivante al sesgo por dentro et l’autre por fuera. Il avait animé un quite par zapopinas et demi-véronique à genoux au centre de la piste. La faena  était entamée de nouveau au centre, para un cite lointain, pour des passes en rond à genoux. Debout, « El Fandi » dessinait des derechazos, a gusto et, à gauche, il avançait la muleta pour allonger la charge du toro qui  n’avançait pas avec la même vivacité qu’à droite. Il terminait la faena par ayudado por alto, naturelle de remate par le bas et molinete. Le torero de Granada dominait la situation et se montrait sous le jour d’un torero sûr de lui, de recours techniques et gestes artistiques … Une estocade entière, estoconazo, un peu en arrière valait une oreille largement fêtée par le public, un peu mouillé mais heureux.

                

A son premier « El Fandi » avait résolu avec métier les difficultés que présentait ce toro de charge courte et rebelle, presque tobillero, colérique même lorsqu’il arrivait à accrocher la muleta. Une estocade desprendida achevait l’animal que El Fandi avait torée à la cape d’entrée par des véroniques bien dessinées – une demi-véronique à genoux en remate, accrochée – et des chicuelinas marchées pour conduire le toro au cheval le tout suivi d’un tercio de banderilles explosif.

Juan José Padilla ne parvenait pas à « incendier » comme à son habitude le public de Séville tout acquis au Pirata. La petite faena au bon premier montrait un Padilla en dessous de ses capacités de lidiador - pas nécessaires avec ce toro – recherchant des effets spectaculaires alors qu’il suffisait de toréer long, pausé et profiter de la charge rythmée et répétée du toro pour dessiner les derechazos et des naturelles classiques. La faena initiée à genoux près des tablas et terminée par des doblones confirmaient la qualité de ce toro qui recevait une estocade très en arrière.  Cela justifiait, sans doute, la décision du président de ne pas accorder l’oreille malgré une demande majoritaire ! Au 4ème, pauvre de hechuras, il n’y avait pas grand-chose à faire car ce toro ne montrait aucune envie d’entrer dans le leurre, restait court et terminait les passes en faisant mine d’aller vers les planches, rattrapé in extremis à chaque fois sans continuité donc et… sans intérêt ni pour le public ni le torero désabusé et contrit de son avant-dernière prestation à la Maestranza. On le sait : Juan José Padilla a décidé de se retirer à la fin de la saison. Il sera à Séville pour la San Miguel pour ses adieux…

Manuel Jesús « El Cid », sans doute le moins bien servi au sorteo,  commençait bien ses deux faenas. A son premier, le cinqueño, de belle présentation, sur la droite, à la muleta, il canalisait les charges vives de ce toro qui transmettait émotion mais qui doutait dans les naturelles. Après cela, le comportement du toro changeait pour ne plus répéter les charges du début. « El Cid » prenait l’épée pour un pinchazo et une estocade verticale entière. La réception du 5ème par véroniques améliorées en qualité et terrain, donnait quelque espoir, vite déçu car le toro sans fixité, distrait, chargeant dans toutes les directions – difficile brega ?  - « sans humiliation » à la muleta, ne permettait que des demi-passes. A la voix, « El Cid » incitait la charge de ce toro irrégulier dans le leurre et, découragé, terminait par un court macheteo avant de placer un pinchazo hondo ou demi-lame en sortant de la suerte et allongeant le bras.

Juan José Padilla : Un vuelta ; silence. “El Cid”: silence aux deux. “El Fandi” : silence et une oreille. Applaudissements aux 1er et 6ème à l’arrastre.

Georges Marcillac

Ce contenu a été publié dans Général, Georges Marcillac Escritos, Séville. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.