BILBAO 18/08/2014 – ALCURRUCEN FADES ET OREILLE DEL ALAMO ET ADAME

Alors que les nuages menacent sur Vista Alegre les tendidos se remplissent un peu plus qu’hier, environ 1/3 de l’aforo. Le lot d’Alcurrucen fin de type et bien armé n’avait pas la prestance d’un lot de Bilbao, les deux premiers étant lavados de tête (apparence jeune).

Paco Ureña se présente à Bilbao avec Segoviano n° 119 né en 09/09 et pesant 530 Kg. Le toro prend la cape avec hésitation, en s’approchant au pas sans jamais se confier. La première rencontre au cheval est prise al relance et dans le désordre. Avec la seconde pique le toro développe toutes les caractéristiques du manso et prend les capes tête relevée. Alvaro Lopez Azuquita place la seconde paire avec style et exposition. Brindis à Pablo Chopera. Ureña va toréer ce manso comme s’il était bon, avec fermeté et décision. Cependant l’impression laissée est d’une certaine fébrilité, surtout à gauche oû la muleta est touchée presque à chaque fois. Il réussit ce qu’il n’a pas réussi à gauche en donnant des dosantinas qui plaisent. La faena se termine avec des manoletinas. Entière desprendida, portée a ley, en restant sur le front. Ovation et salut.
Adame se présente à Vista Alegre avec Manchego n° 204, né en 02/10 pesant532 kg. Le bicho prend la cape sans détermination. Adame lui sert quelques véroniques empreintes de douceur et rythme. Le toro accuse la première vara portée en arrière. Quite de Del Alamo par chicuelinas et demie. Réplique d’Adame par chicuelinas et larga inversée. Grande prestation de Jarocho en Banderilles dans un style simple et épuré. Il salut. Brindis au public. Début de faena par estatuarios au tiers. Au centre la faena tarde à démarrer. La première série droitière va a mas. Adame poursuit avec rigidité du corps, et la muleta de taille XXL lui permet de maintenir une distance avec l’opposant. À gauche cette muleta tenue par un estaquillador extra long lui permet d’embarquer avec aisance. Son positionnement est bon et il court la main, mais le rythme n’est pas au rendez-vous et ce aux torts partagés. Le Mexicain compense par tremendisme et arrimon. Manoletinas finales. Entière trasera, desprendida d’effet rapide. Légère pétition et salut au tiers.
Del Alamo affronte un troisième Alcurrucen qui doute longuement avant d’accepter sans classe la cape. La mansedumbre latente se confirme lorsque l’animal refuse le cheval et fonce sur le réserve puis attend qu’on le mette sous le peto pour la seconde pique. Quite brouillon de Ureña par véroniques. Brindis personnel. Longue entame de tablas jusqu’au medios en prenant la mesure du bicho avec temple. À droite Del Alamo prend deux séries pour trouver la clé puis c’est le manso qui entrave la progression. A gauche l’Alcurrucen est tardo mais le torero tire quelques muletazos longs qui font jouer la musique. La suite est sosa par la faute du toro qui avance au pas ou n’avance pas. 3/4 de lame desprendida. Un final coloré valent au torero pétition et vuelta.
Ureña touche un quatrième de pelage varié en noir avec tâches blanche, tigré en marron et sabots blancs, laissant penser qu’il reste des traces de Galache dans cette ganaderia. Son agressivité mesurée limite à quelques détails la prise de contact au capote. Le manso est mal piqué et sort seul et rapidement de diverses rencontres. Quite par delantales d’Adame. Le Toro est violent dans les premières attaques. Ureña, au centre, torée à droite, en donnant des toques imperceptibles en cours de muletazos pour tenir l’opposant. Il court la main en plusieurs séries, muleta au raz sol. La charge du manso transmet. Musique. Ureña se retourne en avançant vers l’animal entre les passes. Les naturelles sont profondes et dominantrices. Final fleuri à droite. Bernardinas avant 3/4 d’épée basse portée avec précipitation. Divers descabellos. Palmas au toro et salut au tiers.
Adame malgré ses efforts n’arrive pas à fixer le Nuñez à la cape. Le Mexicain fait piquer le toro avec mesure. Quite par véroniques de Del Alamo. Adame brinde aux tendidos. Début de faena genou plié avec garbo face à un adversaire peu agressif. Ce que les passes manquent en profondeur elles le gagne en répétition ce qui ravi le public. Musique. Adame torée les deux cornes avec facilité. Une série droitière à la Juli, décentré, lui valent olés et ovation. Le public est acquis. Épée en arrière, horizontale et basse. Le public torerista de Bilbao obtient une oreille pour le torero. Palmas au Toro collaborateur.
La corrida se termine avec un cinqueño fin et bas, armé long à la Samuel Flores. Les véroniques de réception de Del Alamo ne sont que méthodiques. Le toro s’emploi avec peu de force au cheval à la première rencontre. Picotazo à la seconde. Le brindis au public précède un début de faena dans lequel le toro surprend par sa charge agressive. Malheureusement il trébuche et empêche Del Alamo de lier. Les muletazos sont longs et profonds. Dans la troisième série à droite, le torero se retourne en allant vers le toro et lie une série courte. A gauche les passes sont de qualité mais l’ensemble manque de lié. La faena traine en longueur pendant que joue la musique. Entière desprendida et tendida. Petition et oreille.

La corrida a montré de la noblesse mais pas l’agressivité qui crée l’émotion. Les toreros récompensés par vuelta ou oreilles ont bénéficié de la bonté du public Basque. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Bilbao. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.