BILBAO 21/08/2013 Cornada pour Fortes et démonstration de toreo moderne de Ponce et Perera.

A peine une demi-arène s’est réunie en cet équinoxe de l’Aste Nagusia par temps chaud et lourd.  Après le désastre d’hier il en aurait fallu peu de choses pour réveiller un public dans l’expectative et prêt à festoyer.  Le desquite n’a pas eu lieu.  Un lot d’Alcurrucen manquant de race a contribué au résultat en demi-teinte, tout en compliquant la tâche des toreros plus par leurs défauts que par leur agressivité.  Bien présentée sauf le 1 et le  5 combattu en 4° position (Ponce et Perera ont interverti leurs tours après la cornada de Fortes).  Les toreros ont fait des efforts mais n’ont pas arrachés les oreilles qui s’offraient incontestablement à eux.

Le premier opposant de Ponce est un bœuf sans morillo, cariavacado qui n’a pas de propension au combat.  Inédit à la cape le toro ne s’emploi en rien au cheval.  Ponce l’emmène pour la deuxième pique dans des capotazos de prêt, le toro absorbé et guidé.  Brindis par la TV.  Le début de faena est élégant comme sait le faire Ponce , genoux plié, doblones et changement de main.  Il torée relâché, lié, avec le pico et fuera de cacho.  Quelques protestations piquent le Maestro et il donne une quatrième série presque classique, ses meilleurs muletazos du jour avant de revenir à sa préférence pour terminer la faena avec une seule tentative à gauche et une dernière série d’adornos en marchant .  Entière en arrière, tendida, desprendida et cruzada portée en tendant le bras.  Descabello, palmas et salut au tiers.  Son second, le quatrième combattu en cinquième lieu, est bas, montado, cornalon reste inédit à la cape.  Mal piqué le toro s’emploie contre le cheval.  Il va à contre querencia pour recevoir un deuxième puyazo pour la forme.  Ponce le ramène au cheval de turno, pour une pique forte en arrière et de coté.  Ponce brinde au public et débute la faena en va et vient élégant.  Dans la deuxième série il couvre la tête, change la muleta dans le dos et pecho.  Suit une série fuera de cacho, le toro écarté vers l’extérieur au moment de la rencontre avec la muleta.  Ponce fait l’effort, et l’exprime dans des cites avec le pied et il termine en desplante.  Un passage à gauche est exécuté de loin.  Débute une deuxième partie de cette longue faena dans laquelle Ponce donne au public ce qu’il attend de lui.  Il prendra ce public à témoins à deux reprises dans des desplantes mains à la ceinture après des séries liées, élégantes sui generis.  3/4  d’épée basse et cruzada.  Divers descabellos de loin pour palmas et salut au centre aux arômes d’adieu.

Perera combat un premier adversaire bas, sérieux, cornalon, acucharado (cornes en forme de cuillère), cornivuelto (pointes qui reviennent en arrière).  Le bicho se freine dans le capote et reste court.  Mal piqué le toro pousse sous la première pique, puis renonce à la seconde.  Perera l’essaye dans une première série par doblones sans caché.  Suivent trois séries droitières fuera de cacho, liées, toro absorbé dans la muleta.  Un passage à gauche débute de 1 en 1 avant quelques unes liées dans la technique maison.  En final Perera propose une série à la Juli pour montrer que le toro est dominé.  Mais a-t-il été vraiment toréé ?  Épée en arrière et caida.  Pétition  avant palmas et salut.  Son second est un animal au corps lourd, non défini et une petite tête, astillano de cornes et anovillado dans l’ensemble.  Il frêne dans la cape et fuit.  Perera arrive à le faire aller et venir puis le même au centre.  La première pique est très bien portée à l’arrière du morillo.  Le toro garde la tête relevée.  La seconde est à peine visée.  Quite de Perera par tafalleras, gaoneras, et revolera en restant quieto au centre.  Excellent Joselito Gutierrez en banderilles.  Brindis au public.  La faena débute au niveau des rayas.  Le toro attaque, Perera reste quieto et le passe en ligne.  Dans la deuxième série Perera le fait passer dans un sens puis dans l’autre fuera de cacho.  Dès la troisième série il monte sur la tête du bicho dans un arrimon qui continuera sur les deux mains en trois séries.  Entière caida et atrevesada.  Palmas et salut.  Il tue le dernier de la tarde à la place de Fortes, un toro très sérieux, distrait, ne répondant pas aux cites.  Il va au cheval seul et renverse le cheval.  La deuxième pique portée de coté est de moindre intensité.  Pendant la lidia le toro vient aux capes en marchant.  Il conserve ce défaut face à la muleta de Perera.  Quand il va il humilie.  Mais cette difficulté est gênante.  La première partie de la faena est donnée en perdant des pas entre les muletazos.  Puis à base de temple et de domination Perera arrive à toréer sans bouger, en liant dans un toreo moderne.  Pinchazo sans conviction et entière desprendida et atravesada.  Palmas et salut.

Jimenez Fortes a affronté un opposant sérieux.  Il se colle sur le coté gauche à la cape.  Peu piqué (le public applaudi) l’animal est honoré d’un quite de Fortes par chicuelinas serrées.  Brindis au public.  Le début de faena est prudent.  A droite, en trois séries, Fortes torée al hilo en séries liées. Une tentative à gauche de 1 en 1 précède une série à droite dans laquelle le toro laisse le matador descolocado (il ne se retourne pas complètement ).  Dans une hésitation Fortes perd la tête du regard et est prit avec cornada.  Ponce tue l’opposant qui résiste longuement à la mort.  Blanco salut pour son matador.

Les Alcurrucen sont morts en gardant leurs oreilles mais pas parce qu’ils l’ont voulu.

Ce contenu a été publié dans Bilbao, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.