Sergio Aguilar

Sergio Dregorio Aguilar – Sergio Aguilar – est un des plus récents et nouveaux toreros de plata après avoir exercé pendant quatorze ans la carrière de matador de toros, abandonnée en 2017. Né à Madrid le 24 juillet 1980, il est inscrit à l’âge de quinze ans à l’Ecole Taurine de Madrid (nº 767) et c’est lors de novilladas sans picadors, toujours sous le patronage de l’Ecole Taurine, qu’il est distingué en 1998 en terminant finaliste de celles organisées par la empresa Tauresma célébrées aux arènes de El Batán de la Casa de Campo de Madrid. Il faisait partie du trio des jeunes vedettes de l’école avec Rafael de Julia (actuel professeur de l’Ecole Taurine « Yiyo » de la Communauté de Madrid) et Alberto Martín tant et si bien que sa jeune carrière était prise en charge par Antonio Corbacho (1951-2013)(mentor de José Tomás) et Raúl Galindo (ex-matador de toros et aussi ex-apoderado de Miguel Ángel Perera, Fernando Robleño ou « El Fundi ») pour le compte de la empresa mexicaine Tauromex jusqu’à l’alternative. Ses débuts avec picadors avaient lieu à San Cristobal (Vénézuela) le 27 janvier 1999 avec au cartel, le Mexicain Ignacio Garibay et «El Morocho» novillero vénézuelien  dont le père était l’organisateur de la novillada et l’éleveur des novillos de Rancho Grande. Sergio se présentait à Madrid le 9 avril 1999 pour des novillos de Peñajara. Ce jour-là, il était victime d’une grave blessure – rupture des ligaments du genou droit – et devait être opéré aux Etats Unis à Houston… Sébastien Castella et Alberto Álvarez complétaient l’affiche. Le 4 juin 2003 était pour le madrilène le jour de l’alternative à Las Ventas avec pour parrain José Miguel Arroyo «Joselito» et témoin Victor Puerto. Un toro de Partido de Resina (ex- pabloromero) de seule belle présentation et un sobrero de Castilblanco, faibles et «décastés» ruinaient tous les espoirs de triomphe du toricantano.

Durant sa période de matador, considéré comme un des toreros favoris de l’afición de la capitale, Sergio Aguilar n’arrivait pas à rentabiliser  les succès des premières années d’alternative, les blessures et avatars divers et finalement l’absence de contrats le condamnaient à pratiquement ne plus toréer en corridas formelles. Son dernier paseillo en costume de lumière avait lieu le 3 mai 2015 à Madrid. Il saluait au terme d’une faena méritoire à un toro de Carriquiri. En juin 2017,  il annonçait sa décision de passer aux rangs des banderilleros. Sa première prestation dans cette catégorie fut en novillada non piquée dans un village de la sierra de Teruel. On le remarquait  le 23 septembre 2017 à Séville successivement dans la brega et aux banderilles opérant aux ordres d’Alejandro Talavante. La dernière temporada de 2018 était pour Sergio Aguilar, pourrait-on dire, l’année de la consécration et l’entrée dans les cuadrillas comme celles d’Álvaro Lorenzo, de «El Juli» (Logroño – mano a mano avec Diego Urdiales) confirmant ainsi ses qualités de banderillero (apprentissage à l’Ecole Taurine de Madrid) et de lidiador sobre et efficace.

 

Ce contenu a été publié dans Cuadrillas. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.