MADRID – 01/06/2014 Un oreille Alberto Aguilar d’un bon toro de Montealto.

Encore une macédoine de toros à Las Ventas dans une corrida où Sebastian Ritter remplace Paco Ureña blessé. Alberto Aguilar coupe une oreille à l’arrachée en profitant d’un bon toro de Montealto. La cuadra de chevaux n’est pas à son mieux constament aidée par les monosabios, à moins que le problème ne vienne des cavaliers.

Le premier se casse la corne droite en rematant dans le burladero du 7. Mouchoir vert pour répondre aux protestations. El Capea décide de combattre son second toro de Julio de la Puerta d’abord. Le toro sort hésitant, manseando. Capea s’avance aux medios et donne des véroniques et media qui embarquent la charge puissante du toro. La première pique est mesurée et à la seconde le toro refuse le combat. Quite d’Alberto Aguilar par véroniques avec pasito, puis de Capea par chicuelinas plus volontaires qu’esthétiques. Brindis au public. Capea commence au centre, main droite en avant. La série de derechazos est mal supportée par le toro qui trébuche. Capea est bien positionné jambe en avant. Dans les séries suivantes il décharge la suerte et reste fuera de cacho, peut être pour moi peser sur le bicho. A gauche il essaye de mieux se placer mais le toro ne répète pas. Retour à droite pour des muletazos fades. Pinchazo hondo horizontal. Deux descabellos. Légères palmas.
Le second d’El Capea est un sobrero de Julio de la Puerta. Il a plus de tête que de corps. Véroniques de rigueur. Le bicho pousse sous une carioca puis subit la seconde pique dont il sort trébuchant. Après tanteo la suite est une suite de muletazos sans contenu, al hilo. Les embestidas sont désordonnées. Pinchazo et trois quart de lame atravesada. Descabellos. Silence.

Le second de lidia normale est le premier de Montealto un castaño long au cou volumineux. Les véroniques de recibo d’Aguilar reçoivent l’ovation du public malgré le pasito, la jambe arrière étant la dernière à se poser. Le toro s’acharne de longues minutes sur le cheval renversé après déjà une longue pique. La seconde est prise au cheval de réserve à contre querencia. Ritter donne un quite déterminé par gaoneras. Le Montealto est argneux. Brindis au public. Les muletazos sont fades, al hilo. Rapidement le toro a perdu sa verve. Peu de choses de la part d’Aguilar après le brindis. Pinchazo et entière. Palmas au toro et Silence.
Le quinto de Montealto a du trapio et des cornes. Les véroniques sont données en va et vient. Le toro soulève la monture sans la faire vaciller. Chicuelinas d’Aguilar. C’est ensuite le désordre en piste et le toro baisse de ton à la seconde puya. Les premiers muletazos sont donnés en ligne d’abord. Puis Aguilar incurve les derechazos et fait réagir le public. La faena va a mas à partir de la quatrième série. A gauche Aguilar aguante les miradas et torée en ligne en allongeant les passes. Le public est avec lui. Le torero termine avec des passes à droite et doblones à la fin desquels le toro le met en difficulté. Il se rattrape avec les adornos par le bas. Espadazo légèrement tendido d’effet rapide. Forte pétition, Oreille. Palmas au toro. Les bons passages ont été de qualité, en choisissant de se tenir al hilo. L’embestida du toro était de qualité.

Sebastian Ritter voit son premier renvoyé au corral pour faiblesse. Il choisit de faire sortir son second de Montealto. Il n’arrive à le fixer que dans deux delantales et demie. Le toro pousse contre le cheval. Après la seconde rencontre il chute. Quite de Capea par véroniques et demie. Brindis television. Ritter est quieto mais le toro ne transmet pas. Le murmure des gradins est un murmure d’ennui. Le toro n’avance plus. Le torero se met dans les cornes pour exister. Entière en arrière et de côté.
Le dernier est un sobrero d’El Ventorillo corniabierto. Ritter est sur le point de se faire emporter dans une véronique. Les piques sont comme souvent en arrière. Le toro reste relativement cru. Brindis personnel. Bon début par le bas genou plié. Par le haut le toro se retourne vite. Ritter est débordé par les retours du Ventorillo sur les deux cornes. Il fait l’effort mais ne parvient à améliorer qu’à la marge une faena entrecoupée, accrochée, désordonnée. 3/4 de lame atravesada en perdant la muleta. Avis. Descabellos. Avis. Déroute et mort in extremis du toro avant troisième avis. Silence. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.