MADRID 03/10/2015 DIGNE ALTERNATIVE DE GONZALO CABALLERO.

image3/4 de tendidos après remboursement de places, pour ceux qui le souhaitaient, suite à la blessure de Lopez Simon hier dans ces mêmes arènes. Gonzalo Caballero a saisi l’occasion pour prendre une alternative à la volée dans un cartel très Madrilène. Les Vellosino ont comme on s’y attendait, gaché la fête. Le lot trop juste de présentation a été décasté et faible. Les vétérans ont essayé sans rêsultat, le récipiendaire a voulu et marqué les esprits.

Le toro d’alternative est manso et son manque de race est patent dès les premières tentatives du toricantano à la cape. Mal piqué en arrière, puis de coté le bicho pousse tête relevée ou par coups de têtes. Gaoneras de Caballero à toro chargeant sans verve. Diego Ramon Jimenez salut pour sa deuxième paire de banderilles. Gonzalo Caballero prend l’alternative des mains d’Uceda Lael en présence d’Eugenio de Mora face à Cerillero II. n° 119 pesant 513 kg né en 12/09. Début par statuaires de Caballero. Il aguante et guide les charges désordonnées et brusques à droite, terminant par desprecio et pecho. Le toro est court et donne des hachazos. Le torero reste calme et méthodique face à cet adversaire tardo sur le premier cite mais repetidor dans les séries. À gauche la firmeza et l’aguante du nouveau promu emballent le public. L’arrimon final finit de convaincre que le Torero a l’attitude comme dans les bernardinas très exposées. Pinchazo avant entière delantera et caida. Avis et descabello. Sifflets au toro. Palmas et salut.

Le premier d’Uceda Leal est protesté pour manque de trapio caché par des cornes développées. Même s’il charge dans la cape il ne la prend jamais avec entrega. Première puya al relance mal portée. La seconde est brève. Cérémonie de restitution des trastos. Le bicho charge avec énergie mais aussi avec fébrilité, calamocheando. Il en résulte une impotence qui ruine les efforts d’Uceda Leal, surtout à gauche. Entière caida. Sifflets au toro. Silence.
Le cuarto est Abanto et distrait. Il ne s’emploie pas dans la cape d’Uceda. Il prend une double ration sans classe tête relevée dans la première rencontre au cheval. À la seconde il sort rapidement. Le bicho ne cesse de bouger pendant les banderilles. Brindis personnel. Le Vellosino ne se laisse pas fixer. Uceda doit le suivre en traversant la piste. Coté soleil il lui vole quelques muletazos. Entière contraire. Sifflets au toro. Silence.

Le troisième n’a pas de trapio. Il serre à gauche dans les lancés de cape d’Eugenio de Mora. L’animal prend deux piques en arrière sans vraiment s’employer. Les premiers muletazos par le bas font fléchir le Vellosino qui ensuite répète sans transmission à droite.. A gauche les naturelles sont données une par une. Le torero se relache dans les derniers derechazos et trincherazo. Deux pinchazos en prenant la tangente puis entière desprendida. Silence.
Le quinto est haut et lourd. Comme ses frères il ne s’emploie nullement dans la cape que lui présente Eugenio de Mora. Le toro pousse fortement et met à mal le varilarguero qui ayant mal piqué résiste tout de même à l’attaque. Le monosabio qui se mèle de l’affaire se fait conspuer par le public. Quite par chicuelinas de Caballero. Le toro est correton. Le tiers de banderilles se passe tout autour du ruedo le toro allant a mas et prenant le contrôle. Eugenio débute la faena à genoux pour enflammer les esprits. Dans la deuxième série de derechazos le torero arrive à lier avec rythme. À gauche le toro tire des derrotes accrochant la muleta. Eugenio lie à nouveau à droite profitant de la répétition indolente de l’opposant. Pinchazo puis entière tendida, desprendida et atravesada. Deux descabellos. Silence.

Gonzalo Caballero affronte en dernier un adversaire lourd mais de peu de trapio. Il le fixe avec douceur avant de dessiner des véroniques templées terminées par demie les deux genoux en terre sous une ovation. La première pique est prise au cheval de réserve.. Le galop du bicho est lancinant et son regard lointain. La seconde pique est formelle. Quite d’Uceda par veroniques et demie sous les protestations du public qui veut conserver le toro pour le Matador. Curro Robles salut en banderilles. Brindis au public. Au centre Caballero exécute un cambio por la espalda. Ensuite le toro flanche. Comme à son premier Caballero se met dans le sitio et fait les choses bien. Le Vellosino ne transmet rien. Il ne se retourne pas complètement entre les passes et avance sans conviction. Le torero tente le tremendismo peu prisé en ces lieux, puis termine à gauche. Manoletinas. Pinchazo et entière delantera en décomposant la suerte. Avis. Palmas et salut.

Ce contenu a été publié dans Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.