Séville 20/04/2015 Fracaso de Torrestrella et vuelta pour Pepe Moral.

Avec difficulté la Maestranza connait une demie entrée en cette journée du pescaito frito et Alumbrao. Les Torrestrellas qui sur le papier faisait espérer des signes de renouveau ont terriblement déçus par manque de race et de force. Le lot en photo semblait mieux présenté que ce qu’il a paru dans le ruedo. Fandiño ne donne pas la sensation d’avoir récupéré de sa mésaventure Madrilène.

Ferrera donne des véroniques a mas en allant vers le centre au premier Torrestrella bonito, corniapretado à qui il coute d’attaquer la cape. On le voit dans sa forme d’en sortir à l’envers de la suerte. Au cheval le toro supporte deux piques sans classe et sans force. Quite de Ferrera par véroniques, interrompu. Le toro galope en réponse aux paires de banderilles faciles de Ferrera face à un animal qui n’humilie pas. Le toro se déplace en début de faena mais avec soseria. Ferrera fait les choses bien à droite en deux séries. A gauche le Torrestrella baisse encore de niveau. Ferrera essaye de nouveau à droite pour rien. Entière basse au pas de danse. Silence.
Le second de Ferrera, un jabonero sucio, saute pattes en avant dans la cape. Le matador opte pour des passes probatoires pour enseigner au toro à embestir. Deux picotazos sont encadrés par un quite de Ferrera par chicuelinas et un de Fandiño par gaoneras ce dernier peut apprécié du public. Ferrera fait le show banderilles en mains avec recortes, avant de poser cuarteando et enfin le quiebro doublé en recorte. Brindis au public. Le tanteo met en lumière la faiblesse du toro qui le confirme dans les derechazos. Le travail d’infirmier fait illusion dans quelques passes templées à droite. À gauche la série se termine en désarmé. Le final à droite traine en longueur. Entière légèrement en avant et de coté. Silence.

Fandiño effectue sa première intervention face à un melocotón précieux à qui le torero dessine quelques véroniques plutôt bonnes sans écho et se fait désarmer dans le double remate par demie véronique. Le tiers de pique, bien mené et exécuté, est mal vécu par le toro. Quite de Pepe Moral par chicuelinas. L’entame de Fandiño est brouillonne, muleta accrochée tête du toro à mi hauteur. Le toro est éteint et les gradins murmurent leur raz le bol. Rien à noter. Entière légèrement atravesada. Pitos au toro. Silence.
Fandiño passe inaperçu au capote face au quinto dans des vas et viens anodins. Les deux passages règlementaires au cheval n’apportent rien. Moral intervient discrètement en quite. Le Torrestrella trébuche dès les premiers derechazos. Fandiño insiste en ligne en donnant l’avantage au bicho avec un placement sincère. Même le placement impeccable à gauche n’arrive pas à compenser la soseria ambiante. Pinchazo hondo et descabello. Silence.

Lorsque sort le troisième l’ambiance est délétère sur les tendidos. Le toro bonito mais terciado, humilie et se déplace dans les véroniques templées et fêtées de Moral. Au premier contact avec le cheval il tombe et n’est pas piqué ni là, ni dans la seconde rencontre. Brindis au public. Deux pendulos et un desprecio réveillent le public. La suite à droite est une démonstration de volonté en restant dans le terrain du toro pour enchainer. Le bicho va a menos dans la troisième série lorsque joue la musique. Il a du mal à suivre les naturelles jusqu’au bout mais Moral reste sérieux comme lors du retour à droite où certains muletazos sont très templados. La musique s’arrête dans les dernières tentatives à gauche. Quelques détails par le bas avant entière en arrière. Deux descabellos. Palmas au toro. Vuelta sans pétition d’oreille.
Le Jabonero qui clôt les festivités est protesté pour faiblesse. Mouchoir vert. Le réserve est du même élevage. Le travail de cape est insipide mais plait par sa douceur. Les premiers signes de faiblesse apparaissent avant les piques exécutées pour la forme. La faena débute comme le travail de cape. Au centre les derechazos finissent par réveiller le conclave le torero paraissant à l’aise avec souvent la jambe de sortie en retrait. A gauche son toreo plus classique lui vaut aussi quelques palmas. L’ensemble traine un peu en longueur.. Entière en arrière et baja. Pitos au toro et palmas. Pepe Moral laisse une impression positive malgré les circonstances. René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Séville. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.