Madrid 1er octobre 2023 – 2ème de la Feria d’Automne – Novillada inégale de Guadaira et les novilleros à l’unisson. Lésion du débutant Ismael Martín.

Cette première novillada ne satisfaisait personne, tant les novillos comme les novilleros ne parvenaient à montrer les qualités qu’à priori ils étaient porteurs. Les novillos de Guadaira, d’encaste Domecq, de présentations variées, sans excès de trapío, quelques uns bien armés, sans caste, ne se livraient pas.  Les novilleros Àlvaro Burdiel et Alejandro Peñaranda restaient en dedans de faenas irrégulières, quant à Ismael Martín, dont c’était la présentation à Madrid, il restait à la merci du 3ème, très mobile sans avoir été piqué.

Álvaro Burdiel devait affronter trois novillos par suite de la luxation de l’épaule droite d’Ismael Martín au descabello du 3ème, lésion qui l’empêchait de continuer la lidia. Le premier guadaira n’était pas assujetti dans la cape du Madrilène d’adoption (il est né à Séville) qui réussissait toutefois de bonnes véroniques un genou en terre. Le novillo sortait suelto des deux piques malgré la carioca associée à la première. Alejandro Peñaranda réalisait un bon quite par chicuelinas toréées et remate par larga cordobesa. Le novillo compliquait la suerte de banderilles car il jettait ses cornes en avant au moment de l’embroque. La faena de muleta se déroulait de más a menos. Des doblones au début.  Le cites à bonne distance, muleta avancée baissée ensuite, les passes avaient bonne allure mais cette qualité disparaissait en cites plus rapprochés. Estocade verticale desprendida. On découvrait dans le 4ème une bonne charge dans la cape maniée avec style par Àlvaro Burdiel. Après deux piques courtes, bien placées, le novillo n’entrait plus aussi bien dans des véroniques mais, calmé, dans la muleta, il permettait un joli tanteo au terme duquel il répondait à une belle passe de poitrine. Au centre de la faena, se confirmait la qualité de charge entrevue au début mais à gauche le novillo relevait la tête en fin de passes. De nouveau, sur la droite, Álvaro redressait le niveau de son trasteo mais sa position et ses cites fuera de cacho faisaient baisser la note…  Pour terminer, les doblones étaient applaudis. Nouvelle estocade – avec un petit saut - verticale, desprendida. La pétition d’oreille ne s’imposait pas.  En substitution d’Ismael Martín à l’infirmerie, Álvaro Burdiel recevait le 6ème par trois largas cambiadas de rodillas sur des passages désinvoltes du novillo… qui tardait à charger, au centre de la piste, lorsque le jeune matador tenta de le fixer. Peu châtié sous le cheval, le guadaira s’arrêtait face à la muleta qui lui était présentée ou passait sans se livrer, sans caste. Il permettait toutefois quelques passes “templées” à l’avantage du novillero, avant de montrer des signes de rajarse. Près des planches, plus rien n’y faisait. Il s’écroulait après un pinchazo hondo, sans réaction, sans caste.

                                  

Alejandro Peñaranda, voyait primée sa première faena d’une pétition d’oreille justement non satisfaite. Le novillero d’Iniesta (Castilla la Mancha) avait dessiné un trasteo irrégulier à un novillo très mal piqué, qui était allé au cheval al relance et avait surpris un picador maladroit. De bonnes véroniques, le novillo entrant sans beaucoup d’attention et à la muleta, il n’allait guère mieux dans des passes accélérées. La faena trainait en longueur et se caractérisait par des passes isolées de bonne facture, d’autres moins car le novillo “protestait” dans des naturelles. Estocade desprendida. Un avis. Le 5ème se déplaçait mais sans fijeza dans ses courses en direction des capes, il tournait sur les pattes avant pour répéter dans les véroniques d’Alejandro Peñaranda et subissait un mauvais traitement aux piques. Bronca au picador. A la muleta, les séries de la droite se composaient de passes tirées une à une, donc sans liaison. Sur la gauche c’était plus ou moins pareil, dans l’ennui. L’estocade encore desprendida, d’effet rapide, était la bienvenue…

                                    

Ismael Martín se présentait à Madrid et il était dit qu’il venait infiltré à l’épaule droite par suiite d’une luxation produite lors d’une cogida précédente subie à Los Molinos (Madrid). Il avait déclaré forfait pour le cycle du Zapato de Oro d’Arnedo de la semaine passée. C’est dans ses conditions que le Salmantin affrontait le premier novillo qui lui était destiné, léger, d’herchuras justes pour Madrid. Très mobile, il allait al relance au cheval et sortait du contact de la puya aussitôt avec par hachazo pour s’en défaire. Inexistante était la deuxième pique. Ainsi, le novillo conservait son exhubérante course dont profitait le jeune Ismael pour la pose des banderilles montrant que ses facultés physiques étaient intactes. Cela se gâtait à la muleta, Avec vaillance il affrontait les courses et charges vives de l’animal, souvent débordé et même trois fois désequilibré et repris au sol et soulevé une fois dangeureusement sans cogida… Le novillo n’avait pas été ahormado à la pique et là en était la conséquense ajoutée à l’inexpérience du novillero. Il fallait en finir. Se succédaient les descabellos et l’épaule droite d’Ismael Martín ne résistait pas au choc en retour d’un descabello raté. Àlvaro Burdiel devait suppléer son compagnon qui partait à l’infirmerie, pour occire l’animal en deux coups de cruceta.

          

Álvaro Burdiel: silence; saluts après pétition d’oreille; silence. Alejandro Peñaranda: un avis et saluts timides: silence. Ismael Martín: un avis et silence. Bonne affluence: 14.169 spectateurs.

Georges Marcillac

Photo Plaza 1

Ce contenu a été publié dans Général, Georges Marcillac Escritos, Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.