Madrid 29/05/2013 Décevant panaché de toros dans une corrida de silences.

JANDILLA confirme le bache dans lequel se trouve la ganaderia, mais curieusement les LAS RAMBLAS et un TORREON ont un comportement similaire, rapidement a menos .  LUQUE  tue son sixième toro en San Isidro sans résultat, FORTES part les mains vides alors qu’il avait absolument besoin d’un triomphe.  Il a plu une bonne partie de la corrida devant trois quart de gradins.

El FANDI  est confronté en premier lieu à un JANDILLA musclé, sans excès de poids avec trapio et bien armado.  Son embestida n’inspire par FANDI qui après s’être fait accrocher la cape, déplace le toro vers le centre.  Piqué légèrement en arrière le bicho pousse tête à mi hauteur.  Quite de FANDI par chicuelinas sans relief.  Le toro est soso.  Seconde pique similaire en position, prise avec beaucoup moins de classe.  Quite de LUQUE par gaoneras, pas à l’aise, en pliant la taille au passage.  Banderilles par le Maestro, la première à tête passée, la seconde posant sur le flanc et bas,  et enfin la dernière paire très réunie, terminant en courant en marche arrière pour arrêter le JANDILLA.  Le toro parait ankylosé dans ses déplacements.  Une première série à droite en ligne révèle certaines qualités du bicho.  Dans la suivante le toro va sensiblement  a menos et la série baisse d’intensité.  A gauche le toro s’agenouille et se paralyse.  Pathétique. Pinchazo et entière desprendida. Descabello.  Silence.

Le second de FANDI est un RAMBLAS castaño également bien présenté reçu par larga cambiada de rodillas.  Ddans son déplacement le toro  montre aussi un manque de force.  Les véroniques sont suaves et templées enchainées avec chicuelina, recorte et revolera moins réussis.  Galeo  terminé par larga afin de mettre en suerte pour une pique de peu d’engagement.  Peu piqué à la seconde rencontre.  Quite de LUQUE par chicuelinas sèches et media.  Show FANDI banderilles  en main pour faire oublier  l’échec au premier. La dernière paire est un  violin por dentro suivi d’une longue course en arrière, en zig zag, pour arrêter le toroBrindis au public.  Au centre, à genoux, derechazos en redondo et pecho debout.   Serie droitière al hilo.  Passage à gauche saccadé.  Retour à droite sans succès, le toro est maintenant arrêté.  Une dernière tentative n’est pas plus concluante.  3/4  d’épée habile.  Silence.

Daniel LUQUE  touche le premier RAMBLAS de la cours , un exemplaire bien présenté, musclé, sérieusement armé.  LUQUE est aisé, templé et esthétique en véroniques légèrement génées par le vent.  Le toro blandea avant la première pique qui  est manquée puis rectifiée, le toro poussant longuement,  avec insistance.  Il accuse l’épreuve et fléchit à la seconde rencontre.  Protestations.  Quite de FORTES, le toro trébuche et mouchoir vert.  Remplacé par un  Sobrero de El TORREON dans le même type que le  précédant y compris dans la faiblesse.  Pique en arrière et toro inactif contre le peto.  La seconde dans le morillo est courte. FORTES revient pour donner son quite et comme avec le précedent il se fait enlever le capote.  Nouvel essai avec deux chicuelinas suis generis sérrées et revolera.   LUQUE va au centre et cite de la main droite.  Derechazos gustandose suaves avec cambio de mano et remateToro soso.   Toro et torero vont a mas dans la serie droitère suivante plus enroulée.  Suit une série tronquée par la chute du TORREON.  A gauche une série courte sans relief.  De nouveau à droite LUQUE essaye de tapar la cara, le toro s’arrête et il termine en ligne.  Adornos avec la main gauche sans écho. Deux pinchazos avant entière desprendida d’effet rapide.  Silence.

Le quinto de Jandilla est ouvert de pointes.  LUQUE ne s”accouple pas à la cape.  Bien piqué le toro pousse puis blandea en sortant du cheval.  Pique courte à la seconde rencontre.  La faena commence par des passes par le haut genou plié.  La première série droitière est en ligne, muleta accrochée ne laisse rien présager de bon.  L’embestida  est brute et dans la série suivante le toro se retourne brusquement dans le pecho et met le torero en danger.  LUQUE insiste pour ne pas se laisser dicter les règles par le bicho.  A gauche le toro n’est pas mieux.  Série droitière une par une pour en finir.   Pinchazos et descabello.  Silence.

Jimenez FORTES  voit sortir des toriles un JANDILLA vif, également bien présenté et armé, qui galope avec fixité.  Les véroniques sont accrochées en avançant vers le centre.  Tito SANDOVAL  met bien la pique alors que le bicho fait un écart avant le contact.  Vuelta de campana dans le capote de FORTES.   Sandoval bouge bien le cheval, cite et pique parfaitement sans excès le JANDILA qui a attaqué avec force et classe.  Quite de FANDI  par tafalleras et revolera.  La faena débute par des passes par le haut.  Le toro est devenu tardo.  A droite le toro est arrêté.  Provoqué par FORTES il abandonne la lutte.  FORTES insiste, le public proteste.  3/4  de lame tendida .  Silence.

Le dernier est de JANDILLA ouvert de cornes.  FORTES ne fait qu’ aller et venir,  alors même que le toro semble bien mettre la tête.  Pique trasera et le toro accuse la rencontre.  La seconde pique est à peine portée.  Quite de FORTES par gaonera, le toro s’affale au sol.  FORTES poursuit le corps droit avec beaucoup d’aguante.  Bonne brega de Carretero.  Brindis au Public.  Les premiers muletazos révèlent également la faiblesse de cet exemplaire.  FORTES prend la muleta à gauche et se fait emporter l’engaño.  Retour à droite de une en une avec un résultat soso.  Encore un essai à gauche  et un autre à droite sans perspective de résultat.  Le public proteste.  Arrimon a toro parado.  Epée en montant sur le toro.  Silence

Ce contenu a été publié dans Général, Madrid, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.