Sans discussion, le député Caron retire la loi d’interdiction de la corrida.

Pour répondre au titre de mon dernier article, effectivement, la “loi Caron” n’est pas passée. L’absence de débat de la proposition de loi (PL) visant à l’abolition de la corrida a été retirée par son promoteur, le député Aymeric Caron. Le programme de la niche du parti LFI avait été remanié, plaçant la discussion de la PL en deuxième position de l’agenda de séance publique de l’Assemblée Nationale dans l’espoir de son vote avant l’heure fatidique de minuit, ce jeudi 24 novembre.

La séance ne commençait qu’à 17 h après un long débat sur la PL de constitutionnalité de protection et garantie du droit à l’IVG (approuvée) Aussitôt, le député Aymeric Caron, rapporteur de la PL, prenait la parole en reversant les même arguments contre la corrida avec les mots habituels de “barbarie” et ”torture” infligée aux toros. La description des blessures des piques, banderilles et de l’épée, était là pour renforcer l’idée de douleur et souffrance de l’animal et attendrir, si c’était nécessaire, les députés encore hésitants. Il prenait à témoin, l’Assemblée et le public en général sachant que ces débats, et donc son discours, étaient télévisés pour reprendre ses mêmes lithanies et affirmer que la corrida n’était plus un spectacle du XXIème siècle. Le clou était enfoncé au nom de la LFI et fervente animatrice de la cause animale, Anne Stambach-Terrenoir, qui argumentait de l’horreur que représenterait les mêmes sévices perpétrés aux toros à un chien de compagnie!! A la suite de quoi, Aymeric Caron annonçait qu’il retirait sa proposition de loi. Il justifiait sa decisión par le nombre d’amendements enregistrés – près de 500 - et que le temps imparti pour leur discussion dépasserait vingt-quatre heures. De la sorte, le temps limite de la séance accordé à la niche empêcherait le vote. Stupéfaction et réclamations, rien n’y faisait, la PL était retirée.

En rappelant que la PL avait déjà été sanctionnée lors des débats de la comisión des lois du mercredi 16 noviembre, les bruits couraient que de toute manière elle ne passerait pas un vote des parlementaires en séance plénière. Comment faut-il voir cette défaite d’Aymeric Caron sans savoir livré bataille? Les interviews du député sur tous les plateaux télé et ses declarations tous azimuts, son attitude à la commission des lois, donneur de leçon et autain face à ses collègues, semblent avoir tourné l’opinion publique et la décision de vote contre la PL. D’ailleurs un “sondage” du Figaro sur #30.000 “votants” avait inversé les avis favorables ou contre l’interdiction de la corrida et les NON l’emportaient à 68 %. Bien qu’il n’y ait pas eu de débat, les arguments en faveur de la corrida se décantaient pour le maintien de la tradition, la diversité culturelle des gens du Sud, pour les intérêts écologiques que représentent l’élevage des taureaux et l’importance des retombées financières dans les villes de ferias. Avec moins d’insistance, le danger que représente l’idéologie antispéciste. Le Président Macron avait donné le ton, la veille, assurant qu’il n’y aurait pas d’interdiction… et qu’il fallait prêter attention à la sensibilité des jeunes générations à propos de l’écologie… En fait, ménager “la chèvre et le choux” puisque, lui, il n’allait pas lui voter à l’Assemblée!

Les conséquences de ce non-vote sont multiples. Aymeric Caron annonçait qu’il retirait sa PL, exaspéré et presque hors de lui, et qu’il présenterait une nouvelle loi avec le support de députés de toutes tendances et partis car l’idée de l’interdiction de la corrida est en réalité majoritaire dans les esprits. Alors, à cette occasion, la corrida disparaîtrait définitivement sans l’ombre d’un doute. Par contre, il n’est pas certain que cette loi soit reprise dans un avenir plus ou moins proche car, sans le dire, la LFI ne souhaitera pas se prêter à un nouveau camouflet après la dérobade de leur collègue Caron. Ce dernier devrait être décribilisé. Il ne lui restera qu’à se battre pour son parti la REV (Révolution Écologique pour le Vivant). Sans doute, la LFI gagnerait à traiter des sujets plus importants pour la société française comme le pouvoir d’achat, la situation des différentes administrations en déclin, les retombées économiques de la guerre en Ukraine, et préfèrerait reporter aux calendes grecques l’interdiction de la corrida bien que cette dernière figure en toutes lettres dans son programme de législature (sans toutefois en recevoir un accord inconditionnel au sein de la NUPES).

 En ce qui concerne les défenseurs de la corrida, la victoire après abandon sans combattre de l’adversaire a pour avantage d’avoir mis sur le devant de la scène le monde taurin, cette fois-ci est réveillé et sorti de sa coquille. Les toreros tels Raphael Raucoule “El Rafi” à “C à vous”, Juan Leal dans les pages du Figaro, Marc Serrano sur le plateau de TPMP, la lettre ouverte de Léa Vicens, la vidéo de Sébastien Castella adressée au chef de l’État, la vétérinaire-ganadera  Caroline Fano et bien d’autres comme les happenings de toreo à Paris, tous ont porté le témoignage passionné de leur profesión méconnue et vouée aux gémonies par les anti-taurins et furieux animalistes. La ténacité, le professionalisme de l’ONCT avec à sa tête son président André Viard, les interventions de l’UVTF et des maires des villes et comunes taurines, les influences des députés de toutes tendances, furent autant de points marqués avant la débâcle d’Aymeric Caron. Mais il faudra rester vigilant. Toutes les organisations animalistes défaites dans le sillage de leur héraut, dépitées et revenchardes, redoubleront leurs actions et ne nous laisseront pas savourer longtemps cette belle victoire. L’avenir de la corrida dépendra encore et toujours de notre afición, de notre militantisme aussi, de notre union entre toreros, ganaderos et aficionados fase à nos adversaires pour porter haut les valeurs de la tauromachie, s’opposer aux atteintes à notre liberté et conserver et défendre les acquis de notre société face à l’animalisme et l’antispécisme rampants.

Georges Marcillac

Ce contenu a été publié dans France, Général, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Sans discussion, le député Caron retire la loi d’interdiction de la corrida.

  1. Heureusement que le Mundillo taurin espagnol a préféré le Casas et son système de son et lumière (50% de remplissage, les coiffeurs, et ganaderias imposées par les pseudos figuras) incapable de fédérer les entités envers les traitres politiques espagnols (Podemos & PSOE) …..

    Ils nous ont laissé André Viard, nos traitres politiques (financés par le directeur financier de la fondation Brigitte Bardot, Max Guazini ….. qui recherche toujours son chien du côté de Capbreton) assommés, mais qui reviendront en 2023. Chapeau André et les aficionados / éleveurs / Toreros / Associations pour le résultat.

    L’aficion française ayant mouillé la chemise, messieurs les organisateurs français un changement s’impose :
    – Avez-vous vu le président des éleveurs Espagnols (Banuelos) nous soutenir ? Non, mais éleveurs français étaient présents,
    – Avez-vous vu des toreros Espagnols nous soutenir ? Non, mais les professionnel français étaient présents,
    – Avez-vous vu le Système espagnol nous soutenir ? Non, Casas présent 2 jours avant & 2 H après la débandade politique à l’assemblée nationale (la récupération, business “As Usual”), les maires de villes taurines françaises étaient présents (& le maire de Pampelune à Bayonne),
    – La programmation des éleveurs français. 100% des toros français programmés à Orthez le dimanche 23 Juillet : Novillada de Turquay (Santa Coloma), Corrida de Valverde (Valverde, Conde de la Corte). Chapeau la commission taurine d’Orthez. Messieurs les organisateurs de Vic / Mt de Marsan / Dax / Bayonne / Arles / …. on attend vos programmations,
    – La programmation des toreros français : on attend les Dufau / Clémente / Canton / Adureno / Rafi / Solera / ….. à Vic / Mt de Marsan / Dax / Bayonne / Arles / ….
    – Des “Pseudos Figuras” payées en fonction du remplissage des arènes,
    – Et le retour d’une éthique, l’intégrité du toro de combat.

    Une semaine de retard pour l’ouverture du Gaillac primeur (Gamay), grosse bamboula ce jeudi 24.

    Restons en veille ….. j'ai surveillé les journaux de France Inter du 5H-9H00 ce matin : belle victoire de LFI sur l’IVG, refus de l’AN sur la réintégration des soignants non vaccinés, rien sur la débâcle de LFI sur l’abolition de la corrida => Email de retour d’auditeur envoyé à la médiatrice & au 7H-9H30

    Pas de référence avec votre fameux glossaire, mais toujours du plaisir à lire vos articles.

    Au plaisir

    D.ROGER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.