Madrid 16 Mai 2016 Oreille et cornada pour Adame, Castillas oreille.

imageLe novillada d’aujourd’hui promettait moins que la première de San Isidro. Elle a pourtant convaincu que l’escalafón novilleril est habité de nombreuses promesses parmi lesquelles il faudra compter sur le Mexicain Luis David Adame, à un très haut niveau, et sur le Colombien Juan de Castillas qui a été au dessus des circonstances dans un style vaillant, technique et assuré. Adame et “Filiberto” terminèrent sur la table d’opération après la mort de leurs premiers adversaires. Castilla dût tuer quatre Montecillos, une mansada compliquée, con genio qui n’aura pas fait honneur à son ganadero.

Filiberto ouvre les hostilités face à un premier Montecillo pensif et immobile face aux premières sollicitations. Il charge avec parcimonie et avec violence dans la cape du novillero. Au cheval, le novillo attaque avec la violence d’un manso qui finit par sortir seul par deux fois. Quite de Filiberto par tafalleras et revolera. Brindis TV. Début de faena ferme par le haut puis par le bas. Le novillo abandonne alors le combat et va à toriles. Le novillero impose des derechazos face aux arreones du Montecillo. Les naturelles sont moins brillantes car le novillo charge tête levée et tire des derrotes. Soudain le novillo se décompose et se désintéresse du combat rendant la tache impossible au jeune torero qui ne démérite pas. La mise à mort se transforme en une longue épreuve dont Filiberto retire une blessure à la main gauche avec l’épée qui l’envoie à l’infirmerie après pinchazos, deux avis, deux épées et descabello. Silence.

Le second novillo de l’après-midi est destiné au Colombien Juan de Castilla. Les charges sont hésitantes et distraites, le novillero n’arrivant pas à le fixer. Au cheval le Montecillo s’emploie par à coups, tête à mi hauteur et obtient une chute fortuite. La seconde vara est à peine une égratignure pour ce manso peu entreprenant. Quite de Luis David Adame par gaoneras, caleserina et larga de grande fermeté. Brindis au public. Le novillo pense d’abord à fuir obligeant Castilla à avancer au centre et à donner des passes de fixation. Dans les derechazos le novillo sautille avec une tendance à cabecear et à se retourner très rapidement dans certaines passes. Le torero fait nonobstant l’effort. À gauche il tire quelques bonnes naturelles et une passe du desprecio au prix d’une voltereta. Il termine la faena à droite avec impétuosité et en donnant un grand coup d’épée. Ovation et salut.

imageLuis David Adame va a puerta gayola où il doit se jeter à terre dans la larga cambiada à genoux pour gérer l’avancée au pas du novillo et sa charge tardive. Il le passe ensuite par véroniques dominatrices. Le galleo pour mener le novillo au cheval est de bon goût. Le quite d’Adame par chicuelinas templées et mains basses font oublier un tiers de pique minimaliste. Le quite par gaoneras de Juan de Castilla est quant à lui accéléré. Excellente prestation de Miguel Martin en poder a poder et cuarteo. Il salut avec Alberto Zayas. Brindis a son frère Joselito. Avec toreria et quiétude Adame distille un double “pendule” avec des muletazos gauchers par le bas. Il conduit avec détermination des derechazos efficaces qui arrachent des olés dans deux séries impressionnantes au prix d’une cornada au mollet gauche. Avec la même décision et sérieux, il construit sur les deux cornes une faena de valiente poderoso. Les manoletinas finales et le remate finissent de convaincre. Pinchazo et estoconazo d’exécution classique. Oreille des plus sérieuses. Palmas au novillo. La jambe en sang Adame fait une vuelta de macho avant de gagner l’infirmerie.

Avec ses deux compagnons de cartel à l’infermerie, Juan de Castilla doit toréer le quatrième prévu pour Filiberto. Le novillo est superbe aux cornes serrées et vueltas. Il ne s’emploie pas dans la cape du novillero qui gère. Le Montecillo tarde à accepter d’aller au cheval. Il y combat en manso avec des coups de tête éparpillés, et un refus à la seconde rencontre. Le début de faena confirme les mauvaises conditions du novillo qui tombe même au sol. Il est tardo et se retourne comme un chat dans certains derechazos. Castilla insiste sur les deux cornes sans réussite. Entière en bonne place et efficace. Silence.

Le cinquième est le second Montecillo tiré au sort par Castilla. Il tente de le recevoir sur jambes pliées mais est désarmé. Encore un manso de Montecillo au cheval qui refuse le combat en escrimant de la tête. Bon quite par chicuelinas, revolera et brionesa du Colombien. Le novillo arrive entier à la muleta après une seconde pique prise sans classe. Sans brindis Castilla va au centre pour donner un péndulo et des derechazos dominateurs qu’il poursuit en se replaçant efficacement entre les passes. Les charges sont violentes et vont a menos, accentuant les défauts. A gauche le novillero fait bien les choses mais le novillo a un comportement désarticulé qui empêche le bon de passer à excellent. Certaines naturelles sont splendides et parfois le toro rompt le rythme par des écarts. Le torero decide d’allonger la faena à droite en bagarre puis à gauche avec efficacité. Les manoletinas précèdent une entière en arrière et tendida en décomposant les temps de la suerte. Vuelta al ruedo après pétition.

En sixième position Castilla est amené à combattre le second adversaire d’Adame. Comme Fandiño il y a quelques années Castilla va a puerta gayola debout cape dans le dos. Le toro refuse la confrontation. Castilla insiste un long moment alors que le bicho tourne autour du ruedo. Au final il est obligé de bregar avec vista sur les jambes. L’animal pousse sous une carioca d’abord, puis n’insiste guère sous la seconde pique. La cuadrilla d’Adame est efficace pendant le tiers de banderilles. Brindis au public de Castilla. Le novillero s’impose en tablas par derechazos en trois séries. Le manso cherche les planches. À gauche l’imposant novillo lui tire un derrote meurtrier sur la première naturelle de chacune des deux tentatives de séries. Retour à droite dans un arrimón de Aie !!! 3/4 de lame avec sincerité. Oreille.   René Philippe Arneodau.

Ce contenu a été publié dans Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.