Mont de Marsan – 25 juillet 2021 - 4ème et dernière de feria – Une vraie corrida de TOROS au Plumaçon : celle de Pedraza de Yeltes. Deux oreilles pour Alberto Lamelas.

Le jinense de Madrid, Alberto Lamelas était donc le triomphateur de cette corrida qui devrait faire des adeptes pour le spectacle offert par les pedraza-de-yeltes lorsque «Burrecato» nº 4, né en septembre 2016 et « Sombrilla » nº 19, né en septembre 2015 s’élançaient d’au-delà le centre du ruedo pour recevoir en deux et trois fois respectivement des piques bien placées et courtes, les toros poussant fortement. David Prados « El Fundi » piquait superbement le 5ème et recevait une tonitruante ovation, public debout applaudissant à tout rompre, gagné par la rare émotion que procure la suerte de varas parfaite. Alberto Lamelas allait deux fois a porta gayola pour accueillir ses deux toros, le premier sortant au pas du toril, l’autre pourvu d’impressionnantes armures qui frôlaient au passage le corps du torero. La répétition des longues charges «humiliées» du 2nd permettait à Lamelas de dessiner de bonnes passes de la droite et un sensationnel changement de main en une naturelle de remate.  L’estocade, un peu en arrière, qui roulait le toro mettait un point final à une faena qui baissait de niveau dans les dernieres séries de la gauche notamment. Le 5ème, lui aussi, montrait des qualités de charges peu communes, faisant « l’avion » dans les passes de la droite et répondant avec douceur aux naturelles, muleta affleurant le sable de l’arène. Parfois l’imperfection des passes était compensée par l’émotion que suscitait la sincérité d’Alberto Lamelas, son entrega et l’accrochage après une perte d’équilibre. Des manoletinas pour finir alors que l’envergure des cornes du toro entrait tout juste dans la muleta… Là, encore, une estocade entière desprendida, précédait une mort spectaculaire du toro. L’oreille était accordée et, de nouveau, le mouchoir bleu du président décrétait le tour de piste de la dépouille du brave «Sombrilla»

Domingo López Chaves  devait expédier rapidement le premier, manso, qu’il avait fait passer dans un aller et retour de passes près des planches. Le 4ème répétait, tête basse, dans les premiers capotazos et était mal piqué, en arrière et de côté, par « Tito » Sandoval en deux rencontres… Protestations du public… mal habitué… par les précédents picadors. Le style du Salmantin ne pouvait pas plaire à certains, mais il s’agissait d’ «habituer» le toro à la muleta, ou bien d’une juste précaution dans l’exécution des premières passes de la droite puisqu’aussitôt après la cogida survenait, sans conséquence heureusement. Ce toro était d’une terrible fijeza et obligeait López Chaves à «rompre», « perdre» des pas pour reprendre le fil des passes et éviter ses retours vifs dans la muleta. Cette faena  plaisait beaucoup au public qui faisait une fête exagérée à son auteur qui l’avait terminée par deux pinchazos et une estocade un peu basse…

                     

Noé Gómez del Pilar touchait en premier un bravissime toro, qui sortait étourdi d’un formidable coup de tête contre un burladero, qui se récupérait pour être protagoniste d’un spectaculaire tercio de piques, allant trois fois au cheval en traversant la piste sur une longue distance, la puya pas appuyée, poussant encore la pique levée. Commencée à genoux la faena se caractérisait par la fougue du toro qui « pesait » su le torero et la difficulté de composer des passes sans corriger la position. Gómez del Pilar y parvenait toutefois dans une série de la droite avec la passe de poitrine liée. L’épée portée a recibir tombait basse et était suivie de trois descabellos. Le 6ème était le toro le plus compliqué du lot, modifiant son comportement sans cesse pour terminer presque arrêté, sans fixité, distrait et la mise è mort traînait en longueur. Trois-quarts de lame assortie de deux avis.

Domingo López Chaves ; silence ; énorme ovation et tour de piste. Alberto Lamelas : un avis et une oreille aux deux. Gómez del Pilar : silence ; deux avis et silence. Mouchoir bleu pour deux pedraza-de-yeltes (2ème et 5ème)  et applaudisserment à l’arrastre pour les 3ème et 4ème. Bon comportement des cuadrillas Rafael González et Pedro José Cebadera de celle de Gómez del Pilar aux banderilles et du picador Juan Manuel Sangüesa,  José Antonio Prestel de celle d’Alberto Lamelas ainsi que son picador David Prados ovationnés. Sortie a hombros d’Alberto Lamelas et du mayoral.

Georges Marcillac

Photos d'après mundotoro.com

Ce contenu a été publié dans France, Général, Georges Marcillac Escritos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Mont de Marsan – 25 juillet 2021 - 4ème et dernière de feria – Une vraie corrida de TOROS au Plumaçon : celle de Pedraza de Yeltes. Deux oreilles pour Alberto Lamelas.

  1. François BERNARD dit :

    Ami Georges
    Enfin, je n'ai pas été trompé! Sur l'affiche etait écrit corrida de toros, et j'ai assisté à
    une vraie corrida de toros, et non à une corrida de toreros dans laquelle, trop souvent,
    les sois-disant toros ne sont que des faire-valoir de vedettes produisant leurs exhibitions
    sans aucune émotion.
    Bravo à ces toreros modestes et à leurs cuadrillas d'avoir su mettre en valeur sa majesté
    le TORO! Chose curieuse, les reactions d'un public conquis ovationnant, debout, un
    toro chargeant de loin, une pique portée dans les régles,une brega efficace, une paire
    de banderilles dans le berceau et remerciant le courage et le professionnalisme de ces
    toreros qui font honneur à leur metier.
    Comme quoi, c'est possible! Il suffit de donner de l'impotance au toro au lieu de le
    reléguer au role de comparse!
    Allez, on peut encore espérer
    Paco

  2. dominique roger dit :

    Conforté dans mes critères de sélection des spectacles taurins (1er Encaste et Eleveurs, 2ème Organisateurs, 3ème Toreros) avant d’acheter un billet :
    - Heureux d’avoir pu participer à 3 spectacles grandioses Vic le dimanche (Oyo de la Gitana / Lopez Chaves / Public / Bonijol, Escolar Gil / Gomez del Pilar / Public / Bonijol), Mont de Marsan le dimanche (Pedraza / l’ensemble des hommes avec un Tito Sandoval en dessous de ses performances habituelles / Public / Bonijol),
    - Le reste sur le Digital : Plaza Toros – CMM – France Bleu (Gascogne, Gard Lozère) – Canal Sur – TeleMadrid.

    Que dire du reste ?
    - Heureux pour Ferrera (mais il ne pouvait pas y avoir de tios d’Adolfo), Urdiales, Emilio, Ortega, Galdos, Essau Fernandez, las Ventas (Victorino et Victoriano), Frexio, Espartaco (et ses toros sur CMM) ….
    - Plus de corridas mais des spectacles sons et lumières mis en place pas le système (Figuras & Grosses impressas),
    - Nimes et les sorties à ombros des protégés de Casas,
    - Luquet (& Zunica) qui se comporte comme ces figuras (Veto sur Chaves pour la Goyesque de Bayonne, malgré la demande unanime de Penas Bayonnaises),
    - ….
    Que de plaisir à parcourir votre binôme digital unique (analyses pertinentes et glossaire/suertes essentiels à leurs compréhensions).

    D.ROGER

    NB : 4ème corrida ? Madrid et sa féria d'automne en rêve .... mais certainement sur PlazaToros.

Répondre à François BERNARD Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.